© 2019 Flavie L.T
 

  • Twitter Clean
  • Flickr Clean

exposition l'espace entre, 天地間 [entre le ciel et la terre]

exposition personnelle

2018 - résidence Yishu8, maison des arts de Pékin, Pékin, Chine

L’audace discrète.

 

Il faut reconnaître à cette artiste un pouvoir quasi magique de sentir et d’exprimer des formes, des volumes et des compositions que nous ne voyons pas dans la vie « réelle » tant elles sous-tendent nos propres perceptions. Révéler mais aussi réveiller, mettre sous tension les gestes et les protocoles les plus archaïques, tout ce sur quoi nous nous appuyons pour vivre : regarder, boire, manger, déambuler, chercher.

 

Suivre le regard de Flavie L. T nécessite de s’aventurer sur un trajet qui invite à remonter à la source de nos perceptions et à retrouver les éléments fondamentaux, communs aux différentes civilisations. Après s’être confrontée à la culture brésilienne Flavie a choisi d’entrer dans le monde chinois afin de remonter aux sources des représentations de l’espace et du temps. « Je suis venue en Chine pour me confronter à l’altérité, mais en même temps pour chercher les bases communes d’un langage. » Cette remontée aux origines est d’abord visuelle, l’œuvre de Flavie démarre par le regard et conduit le nôtre avec fermeté. C’est un regard discret,  sans hésitation, dont le pouvoir est celui de l’aimantation. Regarder est à la fois recevoir et se laisser prendre, mais aussi proposer à travers le cercle d’une rétine dilatée une vision nouvelle, dont le pouvoir est d’aimanter à son tour le spectateur intrigué. Son geste, comme son regard  pose des questions. C’est un audacieux point d’interrogation lancé  aux vastes espaces de Pékin, aux gestes perçus dans les temples, aux  formes circulaires ou allongées issues de la tradition.  De cette extraordinaire capacité d’observation-interrogation, l’artiste élabore son propre monde, et propose sans jamais forcer, d’entrer dans une distance qu’elle nomme l’« entre ». Visualiser « l’entre », voire essayer de l’habiter, c’est  prendre le risque de ne pas savoir exactement où l’on est, et de ne jamais pouvoir s’installer dans une définition.

 

Entre-deux : l’artiste a saisi qu’en Chine la pensée comme la vie la plus ordinaire n’est pas binaire et que vivre consiste précisément à se tenir sur trois pieds comme les vases de la dynastie des  shang. Mais vivre comme créer invite aussi à entrer dans une dynamique  de lente transformation, comparable à celle du bronze. Entre froid et chaud, entre précision et, déliquescence, entre tradition séculaire et présent ordinaire, entre ombre et lumière, entre contenu et contenant, l’œuvre intitulée « Versant » se tient silencieuse. La dynamique de cette pièce est celle d’un écoulement constant. Ces trous rappelleront les éléments prosaïques d’une passoire, mais aussi ce par quoi circule l’énergie. Versant pourra devenir un objet de percussion aussi bien qu’une œuvre dont on reste à distance parce qu’elle ordonne un espace sacré :  entre ciel et terre.

Christine Cayol - sinologue et philosophe - directrice de la résidence Yishu8